L'activité physique du chiot

Votre petit protégé vient d'intégrer votre foyer, vous êtes enthousiaste à l'idée de partager des moments avec ce chiot si joyeux, plein de vie et bondissant ! Mais il est une question que bien des nouveaux propriétaires se posent : comment adapter l'activité physique de son chiot ?


Désireux de bien faire, mais partagés entre protéger les articulations et sociabiliser le chiot en lui faisant découvrir des activités... l'équilibre peut sembler difficile à trouver.


Afin d'adapter cette activité à chaque animal et individu, il est important de comprendre le développement du chiot pendant sa croissance.

LA CROISSANCE


Lorsque le chiot nait, l'extrémité de ses os sont molles, cartilagineuses. Ces zones sont appelées "plaque de croissance", et les os longs s'allongent au niveau de ces plaques : le cartilage se transforme en os.


A la puberté, les hormones provoquent une stimulation de la croissance osseuse, qui s'arrête après la maturité sexuelle avec la calcification de la plaque de croissance, qui va devenir la "ligne épiphysaire", partie stable et inactive de l'os.



On comprend alors facilement que des impacts répétés au niveau des plaques de croissance peuvent provoquer de nombreuses pathologies chez le chiot :

- Fractures

- Déformations

- Raccourcissement d'un membre

...

Tant de déséquilibres qui pourront provoquer une fragilité à l'âge adulte, ou une déviation des angles articulaires qui entraineront des tensions voire des douleurs...


DURÉE D'EXERCICE


Il existe une "règle" qui permet de calculer le temps d'exercice maximal en fonction de l'âge du chien.


Il faut compter en moyenne 5min d'exercice imposé par mois d'âge.


Les exercices imposés sont par exemple : jouer à la balle, tirer à la corde, marche en laisse, travail du rappel. Dans ces exercices, le chiot ne va pas pouvoir changer de rythme.


Les activités telles que la course à pied, les jeux de balle ou Frisbee, les sauts, sont à proscrire chez les chiots. Ce sont des activité à amener de manière raisonnée, TRÈS progressivement à partir de la puberté.


A l'inverse, si votre chiot aime gambader et explorer à son rythme, qu'il prend des pauses, flaire, s'arrête... c'est de l'exercice non imposé, qui est très bénéfique !


D'un point de vue psychique comme physique, il ne faut pas diaboliser l'exercice physique même chez les jeunes animaux. Si les fibres musculaires sont bien stimulées dès leur plus jeune âge, elles seront d'autant plus nombreuses à l'âge adulte. Et on le sait, une belle musculature permet de prévenir de nombreux soucis.

SPORTS CANINS


On me demande souvent à quel âge commencer la course, l'agility, le canicross...


Pendant la croissance, les exercices répétitifs avec impact ne sont pas conseillés. Par contre, dans chaque discipline, il existe des exercices "fondamentaux" pour initier votre chiot, sans risque pour son squelette. Rapprochez vous directement des professionnels de sports canins pour en discuter avec eux !


Par exemple, travailler la "connexion" avec votre chien grâce à son regard, lui apprendre les ordres de base, la marche en longe, en laisse...



HYPERACTIVITÉ ?


On entend partout qu'un chien/chiot survolté manque d'exercice. C'est effectivement souvent le cas mais... pas toujours.

En effet, une activité trop longue aura le même effet. Surstimulé, votre chiot pourra être aussi énergique et excité. Essayez de réduire le temps d'exercice, et de le fractionner dans la journée en plusieurs petites sessions.


Il va être aussi extrêmement important de stimuler mentalement votre chiot, en lui apprenant des tours, en se servant de jouets interactifs, mais aussi en l'emmenant participer à des activités à faible impact telle que la détection d'odeur.


Ces activités, pourtant moins physiques, vont fatiguer votre petite pile électrique bien plus que vous ne le pensez.



ET LES ESCALIERS ?


L'éternel problème ! On entend partout qu'on ne doit pas laisser un chiot monter et descendre les escaliers avant l'âge d'1 an. Effectivement, des études ont démontré que la montée et descente des escaliers plusieurs fois par jour augmente le risque de développement de dysplasie de la hanche chez le chiot de moins de 3 mois. Il faut donc impérativement porter votre chiot dans les escaliers, les premiers mois de sa vie.


Cependant, c'est pendant la croissance que votre chiot va acquérir une bonne motricité.

Monter et descendre 3 ou 4 marches de temps en temps n'aura pas de conséquences néfastes pour votre chiot. Mais toujours de manière controlée, sans précipitation, sur des marches non glissantes et peu hautes.


Pour avoir un chiot en bonne santé physique, il est important qu'il bénéficie de 2 ou 3 consultations d'ostéopathie pendant sa croissance.

Si vous rencontrez des difficultés avec le comportement de votre chiot, rapprochez vous d'un comportementaliste canin, qui saura répondre à vos questions !



Loli DARMON, OA 198.

lolidarmon.osteo@gmail.com










612 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout